Croire aux castors ?

J’ai la chance de vivre à la campagne, dans un endroit où il y a encore des oiseaux et des insectes, dont quelques rares papillons. Avec le printemps, les oiseaux sont de plus en plus nombreux et ça gazouille assidûment. Je vois aussi d’autres animaux : trois lièvres ce matin, et un minuscule écureuil noir.

Je n’arrive pas à douter de l’existence de ces animaux-là. Mais les castors existent-ils ? Je n’en ai jamais vu un seul. Et pourtant, il y a les arbres taillés en pointes de crayon, les barrages qui ont transformé le ruisseau qui coulait au fond d’un petit ravin en une rivière de plusieurs mètres de large, avec des bassins successifs où baignent les troncs des arbres encore debout et où, l’autre jour, nageait un couple de canards. La Douanne a tellement changé qu’on se prend l’envie d’y faire pousser des nénuphars et d’y introduire des poissons rouges.

On raconte beaucoup de choses à propos des castors. Des gens disent les avoir observés. Des livres en parlent; leurs mœurs, leurs habitats (invisibles pour nous) ont été décrits. Mais soyons sérieux : comment puis-je croire en l’existence d’animaux dont je n’observe que les créations ? Qui sait si elles n’ont pas des causes que j’ignore ? Au fond, n’est-ce pas comme si je manquais de preuves de l’existence des castors ?

Photo by Thomas Lipke on Unsplash