Catégories
Le Prix du Hasard

La playlist du Prix du hasard

Les lecteurs attentifs auront remarqué qu’il y a de la musique à certains moments du roman. Quand Emmanuel Dorn et son ami Ignace Jeannerat prennent l’apéro après leur séance de fitness, ils entendent une version inhabituelle d’Eleanor Rigby. Au lieu de celle des Beatles, c’est une version interprétée par Nguyên Lê, tirée de son album Songs of Freedom (2011). Nguyên lê est un guitariste de jazz français d’origine vietnamienne, et la voix est celle de Youn Sun Nah. Dans tous les cas, c’est la version studio que je préfère. Le dernier accord est une splendeur.

L’autre moment musical est celui où Angela Daemmer célèbre sa nuit d’amour avec Emmanuel Dorn en chantant sa playlist amoureuse dans laquelle se trouvent Tina Arena avec Chains et Alicia Keys avec Fire we make. Là, c’est le choix d’Angela plus que le mien.

Enfin, il y a une allusion non dite à une chanson de Claude Nougaro, À bout de souffle, sur l’air de Blue Rondo A La Turk de Dave Brubeck. Cette chanson extraordinaire est un polar en trois minutes. Tout à la fin, en train de mourir, le personnage incarné par la voix de Nougaro évoque pour sa Suzy le rêve qui s’échappe : “les palaces, le soleil, la mer bleue, toute la vie, toute la vie…”, ce à quoi Justine, mon personnage, ne peut se résoudre à rêver quand elle y pense.